Actualités

Lisez ici les nouveautés sur le thème des voitures classiques.

Actualités

Actualités

AMAG dépôt-exhibition est un nouvel élément de Swiss Industrial Heritage, une offre de loisirs et de formation sur l'histoire de la technique et de l'industrie en Suisse.

AMAG et EMPA 

Que vaut le témoignage d'une personne qui a fait le plein de sa voiture d’époque avec du carburant synthétique, a roulé en montagne et en a conclu que les carburants synthétiques ne marchaient pas bien pour ce type de véhicule ? Et bien, pas grand-chose, puisqu’il ne s’agit pas d’une étude scientifique. C’est pourquoi AMAG et l’EMPA testent actuellement les carburants synthétiques sur des voitures d’époque dans différentes conditions et sur une longue période. Ces tests intensifs portent sur les matériaux, les lubrifiants, la conduite dans différentes conditions avec différents véhicules, des mesures de performance et les gaz d’échappement. Grâce à ces évaluations qui se sont terminées fin 2023, on disposera bientôt pour la première fois d’une analyse et d’une évaluation irréprochables sur le plan qualitatif et quantitatif, qui, nous l’espérons, montreront que les carburants synthétiques et les voitures d’époque font bon ménage et, le cas échéant, dans quelles conditions. Avec cette série de tests, AMAG et l’EMPA font avancer les choses également au niveau européen, puisqu'il s’agit du premier test connu qui se consacre exclusivement à la thématique des voitures d’époque utilisant des carburants synthétiques.

www.empa.ch
www.amag.ch

Pour tous ceux qui veulent continuer à utiliser leur voiture classique: nous investissons dans les carburants durables

L’avenir de la voiture en Europe et en Suisse sera électrique. Mais le moteur à combustion jouera encore longtemps un rôle en Suisse et plus encore dans le monde. C’est pourquoi les carburants synthétiques sont un moteur essentiel de la mobilité bas carbone. Actuellement, environ 1,3 milliard de voitures circulent dans le monde. Selon les calculs de l’Empa, rien qu’en Suisse, il y aura encore environ 2 millions de voitures de tourisme à moteur à combustion en circulation en 2040. Parmi elles, de nombreuses voitures anciennes et de nombreux véhicules agricoles tels que le tracteur Porsche. En tant que solution complémentaire à l’électrification, les carburants durables peuvent aider à atteindre un bilan carbone neutre pour le trafic routier. Si l’on parvient à faire rouler les voitures de tourisme à moteur à combustion restantes avec des carburants synthétiques, les émissions de CO2 de la Suisse pourraient selon les estimations être réduites de 10%.

Le groupe AMAG mise sur l’ouverture à la technologie et le progrès technique

Certaines technologies de décarbonation de la mobilité doivent encore être inventées. C’est pourquoi le groupe AMAG a introduit en 2021, dans le cadre de sa stratégie climatique, une taxe interne sur le CO2 permettant de financier son propre fonds d’innovation et de protection du climat. Ce fonds est utilisé pour soutenir des start-up suisses qui développent des modèles commerciaux ou des technologies pour la décarbonation de la mobilité.

Le premier investissement a été la prise de participation dans Synhelion SA. Synhelion SA a été fondée en 2016 pour mettre sur le marché des carburants neutres en CO2. Une première installation pilote a été mise en service en 2019 sur le toit de l’EPFZ, et une première installation de taille industrielle est actuellement en cours de construction et sera opérationnelle courant 2024.

Nous testons si et comment les carburants synthétiques fonctionnent dans un usage quotidien

En tant que solution complémentaire à l’électrification du transport routier, les carburants synthétiques peuvent aider le secteur des transports à atteindre la neutralité carbone. Pour le parc automobile existant, et donc pour tous les véhicules historiques, les carburants synthétiques sont en théorie la solution évidente pour réduire les émissions de CO2. Par exemple pour Porsche: plus de 70% de toutes les Porsche construites sont encore sur les routes aujourd’hui, y compris en Suisse avec la troisième et la quatrième plus ancienne Porsche datant de 1948, l’année de fondation de l’entreprise. De nombreux tracteurs Porsche, dont environ 120 000 ont été construits entre les années 1956 et 1963, jouissent également d’une grande popularité aujourd’hui.

Mais les moteurs à combustion et les carburants synthétiques sont-ils compatibles? Une étude de l’Empa, en collaboration avec le groupe AMAG, se penche sur cette question. Différentes séries d’essais et de tests de conduite permettent d’étudier la compatibilité des carburants synthétiques avec les matériaux et les composants des voitures de collection ainsi que les émissions de gaz d’échappement. Les premiers résultats sont très encourageants d’après les responsables.

Saisis quelque chose dans ce champ.
Saisis quelque chose dans ce champ.
Saisis quelque chose dans ce champ.
Déclaration de consentement

AMAG Classic a lancé ses premiers essais de conduite avec carburants synthétiques

Les carburants synthétiques sont en mesure de contribuer à l’atteinte des objectifs climatiques. Mais peuvent-ils être utilisés sans problème dans les moteurs à combustion conventionnels? Depuis quelques jours, AMAG Classic Schinznach-Bad teste en conditions réelles des carburants synthétiques dans une sélection de véhicules dans le cadre d’un projet commun avec l’Empa.

Pour le parc de véhicules existant, et donc pour tous les véhicules historiques en Suisse, les carburants synthétiques (c’est-à-dire produits artificiellement) à base d’hydrogène et de dioxyde de carbone renouvelables sont en théorie la solution évidente à la réduction des émissions de CO2. Technologie ancienne et nouveaux carburants sont-ils pour autant compatibles? Cette question fait l’objet d’une étude de l’Empa, le laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche dans le domaine des EPF, en collaboration avec le groupe AMAG. La compatibilité de carburants synthétiques avec les matériaux et composants synthétiques de véhicules anciens, le comportement des moteurs de ces oldtimers dans leur usage sporadique caractéristique – avec l’utilisation de carburants synthétiques – tout comme les émissions de gaz d’échappement sont analysés dans différentes séries d’essais.

Depuis quelques jours, les experts d’AMAG Classic à Schinznach-Bad testent des carburants synthétiques dans une sélection de véhicules. Après un test préalable des matériaux et de la compatibilité des composants importants du véhicule entre le réservoir et l’injection, respectivement le carburateur qui a eu lieu entre l’automne 2022 et avril 2023, les essais de conduite actuels doivent désormais montrer comment les carburants synthétiques se comportent en conditions réelles.

Comme chacun le sait, les conditions réelles d’utilisation des voitures de collection signifient que les véhicules sont sortis une première fois, puis remis au garage afin de reprendre la route au prochain jour de beau temps. Cette utilisation irrégulière a des répercussions différentes sur les différents composants qu’une utilisation quotidienne.

La série d’essais vise à montrer s’il est possible de combler l’espoir des propriétaires de véhicules anciens de rouler à l’avenir sans problème avec leur oldtimer, en émettant peu de CO2.

Les contrôles de compatibilité des matériaux déjà effectués n’ont révélé aucune particularité, ce qui était important pour le début des essais de conduite. Les résultats des tests font actuellement l’objet d’une évaluation détaillée. En même temps que les essais routiers, on vérifie également si l’utilisation de carburants synthétiques a l’effet attendu sur l’huile moteur utilisée. La société Motorex a déjà procédé à des clarifications préliminaires avant les essais de conduite réels. Vers la fin de la série d’essais, des mesures de puissance et d’émissions de gaz d’échappement clôtureront le dispositif expérimental.

L’Empa recherche de nouveaux procédés pour la production de sources d’énergies et de carburants synthétiques. Christian Bach, responsable des essais, chef de département Systèmes d’entraînement des véhicules, précise: «En théorie, rien ne s’oppose à ce que des voitures plus anciennes puissent fonctionner sur le long terme avec le nouveau carburant, les premiers résultats abondent dans le sens de cette hypothèse. Mais sans clarifications plus précises à ce sujet, il est peu probable qu’un collecteur utilise des carburants synthétiques dans des véhicules parfois coûteux.»

Helmut Ruhl, CEO du groupe AMAG, est convaincu: «Le carburant synthétique est la solution qui permettrait au patrimoine culturel des «oldtimers» de continuer à rouler à l’avenir et, ce en toute bonne conscience, en plus du parc normal de véhicules existants. Avec 1,3 milliard de voitures à combustion dans le monde, cette technologie peut contribuer de manière significative à la réduction des émissions de CO2. C’est pourquoi le groupe AMAG a participé à l’entreprise suisse Synhelion, qui souhaite produire du carburant solaire en quantités industrielles à partir de 2025.»

Un concentré de puissance AMAG au Swiss Classic World

Lorsque les portes du Swiss Classic World s’ouvriront le 27 mai à Lucerne, AMAG sera présente pour la première fois avec un stand commun à AMAG Classic Schinznach-Bad et au Centre Porsche Classic Partner de Zurich à Schlieren. Les visiteuses et visiteurs pourront ainsi avoir un aperçu des compétences du groupe AMAG dans le domaine des véhicules classiques. Des modèles d’exposition sélectionnés rendront hommage à l’entreprise Automontage de Schinznach-Bad qui a cessé son activité il y a cinquante ans.

Au fil des ans, le Swiss Classic World de Lucerne est devenu le salon des voitures classiques et d’époque le plus important de Suisse. Cette année, il se tiendra à nouveau du 27 au 29 mai sur le site de la foire de Lucerne.

Après avoir été présentes sur deux stands différents l’année dernière, les équipes d’AMAG Automobiles et Moteurs SA et d’AMAG First SA s’unissent pour cette édition. Le groupe AMAG occupera un grand stand dans la halle 2 et présentera ainsi aux visiteuses et visiteurs du salon un aperçu complet de son offre de voitures classiques sur 400 m2.

356. 911. Et bien plus encore. Le Centre Porsche de Zurich présentera une sélection de ses véhicules Porsche Classic chargés de nostalgie et dévoilera aux invités les raisons pour lesquelles tant de modèles Porsche sont devenus légendaires au fil du temps. Un projet de restauration historique, présenté directement sur place, mettra en lumière toute l’attention dont ont besoin ces véhicules témoins du passé.

AMAG Classic Schinznach-Bad apportera à nouveau quelques modèles d’exposition datant de l’époque d’Automontage. Il s’agit notamment d’une Standard Vanguard du début des années 50, d’une Chrysler Windsor 1957 Scheunenfund, qui vient d’être redécouverte après presque 40 ans, d’une Dodge Dart de 1970 et de deux scooters américains, également produits à Schinznach. D’autres véhicules, également disponibles à la vente, viendront compléter l’exposition.

Dans l’espace restaurant, le bus Bullibier, entre autres, assurera un service de boisson pour tous.

Enfin, avec un peu de chance, les visiteuses et visiteurs pourront également gagner des prix attrayants lors du concours organisé sur le stand, par exemple un week-end en voiture d’époque de location.

L’Automontage Schinznach AG

Au siècle dernier, pour des raisons fiscales, les véhicules de constructeurs étrangers étaient entièrement montés en Suisse. C’est ainsi que Schinznach-Bad est devenue, il y a 70 ans, l’un des plus grands centres de construction automobile de Suisse. En 1947, le terrain d’une ancienne cimenterie comprenant des ateliers de fabrication était à vendre à Schinznach-Bad. La même année, le site fut transformé en une petite unité de montage automobile moderne pour l’époque. L’ASAG (Automontage Schinznach AG) commença l’assemblage des premières berlines Plymouth et Standard en 1949.

Au fil des années, les motifs fiscaux devinrent de moins en moins pertinents. En revanche, les voitures d’Automontage surent convaincre par une qualité de fabrication nettement supérieure à celle des véhicules livrés finis depuis les États-Unis. «Montage Suisse» devint un label de qualité.

Mais vers la fin des années soixante, l’industrie automobile américaine retomba dans le gigantisme en termes de cylindrée et de puissance. De plus, la suppression du taux de change fixe dollar/franc suisse entraîna une dévaluation du dollar. L’intérêt pour les Plymouth Valiant et les Dodge Darts, qui avaient retrouvé une taille plus imposante, ne cessa donc de diminuer. La gestion d’Automontage ne pouvait plus être rentable. Alors que l’activité d’assemblage à Schinznach avait commencé avec une Plymouth, elle prit également fin il y a 50 ans avec une Plymouth, après un total de 29 227 exemplaires produits.

Empa et AMAG testent la compatibilité de carburants synthétiques

Les carburants synthétiques sont en mesure de contribuer à l’atteinte des objectifs climatiques. Mais peuvent-ils être utilisés sans problème dans les moteurs à combustion conventionnels? Une étude de l’Empa, en collaboration avec le groupe AMAG, se penche sur cette question.

Même s’il est devenu manifeste que l’avenir de la voiture de tourisme pourrait résider en grande partie dans la batterie électrique, il faudra encore bien des années avant que la majorité du parc de véhicules existant soit convertie. De plus, selon une étude de la Swiss Historic Vehicle Federation (SHVF), environ 156 000 véhicules anciens (de plus de 30 ans) et de nombreux véhicules classiques sont homologués en Suisse.

Pour ce parc, des carburants synthétiques (à savoir produits artificiellement) à base d’hydrogène et de dioxyde de carbone renouvelables seraient en théorie la solution évidente à la réduction des émissions de CO2. Néanmoins, la technologie ancienne et les nouveaux carburants sont-ils compatibles? Cette question fait l’objet d’une étude de l’Empa, le laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche dans le domaine des EPF, en collaboration avec le groupe AMAG. La compatibilité de carburants synthétiques avec les matériaux et composants synthétiques de véhicules anciens, le comportement des moteurs de ces oldtimers dans leur usage sporadique caractéristique – avec l’utilisation de carburants synthétiques – tout comme les émissions de gaz d’échappement sont analysés dans différentes séries d’essais.

La série d’essais vise à montrer s’il est possible de combler l’espoir des propriétaires de véhicules anciens de rouler à l’avenir sans problème avec leur oldtimer, en émettant peu de CO2.

Christian Bach, responsable des essais à l’Empa, précise: «En théorie, rien ne s’oppose à ce que des voitures plus âgées puissent fonctionner sur le long terme avec de nouveaux carburants. Sans clarifications plus précises à ce sujet, cette nouvelle essence ne serait pourtant guère employée dans les véhicules parfois coûteux. Comme les carburants synthétiques ne sont fabriqués actuellement qu’en petites quantités, le premier défi a consisté à trouver sur le marché un carburant adapté.»

Et Dino Graf, en charge notamment aussi de la collection de véhicules historiques d’AMAG, d’ajouter: «Le carburant synthétique est la solution qui permettrait au patrimoine culturel des «oldtimers» de continuer à rouler dans le futur, et ce avec une neutralité climatique quasiment identique à celle d’une voiture électrique. C’est l’une des raisons pour lesquelles le groupe AMAG s’est associé à l’entreprise suisse Synhelion, qui va bientôt produire du carburant solaire en quantités industrielles.»

Prévu pour commencer à l’été 2022, l’essai durera environ un an.

 

Photo: Avec des carburants synthétiques, même des voitures anciennes pourraient rouler avec des émissions faibles en CO2. Une série d’essais de l’Empa en collaboration avec AMAG montre la compatibilité de la technologie ancienne avec les nouveaux carburants.

AMAG Classic Day évoque le souvenir d’Automontage

C’est sur le site d’AMAG Schinznach-Bad, là où l’histoire de la Coccinelle a commencé en 1948 en Suisse et où une production automobile a existé pendant des décennies qu’a eu lieu pour la première fois l’AMAG Classic Day en juin 2022.

AMAG Schinznach-Bad peut se prévaloir d’une longue histoire synonyme de réussite: depuis 1948, le groupe AMAG importe des Volkswagen en Suisse, puis se sont ajoutées des Porsche en 1951, des Audi en 1967, des SEAT en 1984 et des Škoda en 1992. De 1949 à 1972, environ 30 000 véhicules des marques Chrysler, Plymouth, Dodge, DeSoto, Standard, Studebaker et VW Karmann-Ghia ont également été assemblés sur le site d’importation de Schinznach-Bad.

Cinquante ans après la fin de l’«Automontage Schinznach» et un an après le lancement d’AMAG Classic, le premier centre de compétences pour voitures classiques et d’époque, le premier «AMAG Classic Day» a eu lieu à Schinznach-Bad les 25 et 26 juin 2022. L’«Automontage Schinznach» fait aussi l’objet d’une exposition spéciale. D’anciens apprentis témoigneront à cette occasion de l’époque «d’avant». Les visiteuses et visiteurs pourront découvrir une sélection de «véhicules produits à Schinznach» de 1949 à 1972 et se replonger dans les temps anciens lors de visites guidées des anciennes halles de montage.

Les propriétaires de véhicules de toutes les «marques AMAG» de plus de 20 ans sont particulièrement bienvenus, de la Coccinelle VW à la Chrysler Valiant, du Bus VW à l’Audi quattro, du Vanguard standard à la Skoda Favorit, de la SEAT 600 à la Porsche 911. Bien entendu, les responsables d’AMAG Classic se réjouissent d’accueillir également toutes les autres voitures classiques et d’époque et tous les visiteurs et visiteuses sans voiture d’époque.

Ceux qui n’ont pas encore de voiture d’époque, mais qui souhaitent tout de même découvrir les sensations de conduite particulières apportées par ces véhicules, pourront faire un essai routier lors du Classic Day. La gastronomie et le divertissement musical ne seront pas en reste: un bistrot festif, différents food trucks et un groupe de musique assureront un programme-cadre attrayant. Quelques attractions et un concours de dessin sont également prévus pour le jeune public. Et un moment fort particulier attend les visiteurs à quelques minutes à pied du site des festivités: une partie de la collection historique d’AMAG ouvrira ses portes pour la première fois au public intéressé.

L’entrée est gratuite pour les visiteuses et visiteurs, avec ou sans voiture d’époque.

Ouverture des portes samedi 25.6.: 12 h 00 – 20 h 00, dimanche 26.6.: 9 h 00 – 16 h 00

L’Automontage Schinznach AG

La Suisse a connu sa propre production automobile avec Martini, Turicum ou d’autres. Des marques prestigieuses furent aussi habillées de carrosseries prestigieuses dans notre pays. Mais des véhicules étrangers aussi y furent entièrement assemblés. C’est ainsi que Schinznach-Bad est devenue il y a 70 ans l’un des plus grands centres de construction automobile de Suisse. En 1947, le terrain d’une ancienne cimenterie comprenant des ateliers de fabrication était à vendre à Schinznach-Bad. Cette usine avait fait faillite avant la Seconde Guerre mondiale et l’armée avait utilisé ces ateliers pour y entreposer foin et paille pendant les années de guerre. La même année, le site fut transformé en une petite unité de montage automobile moderne pour l’époque. L’ASAG (Automontage Schinznach AG) commença l’assemblage des premières berlines Plymouth et Standard en 1949.

Mais qu’est-ce qui motiva une entreprise de vente automobile à assembler des véhicules elle-même dans son pays? Comme souvent dans de telles décisions, la fiscalité fut une raison décisive. Les autorités douanières helvétiques percevaient alors des taxes quasi protectionnistes sur les véhicules entièrement montés en provenance des États-Unis. En revanche, les livraisons de pièces étaient très avantageuses, car créatrices d’emplois.

Au fil des années, les motifs fiscaux devinrent de moins en moins pertinents. En revanche, les voitures d’Automontage surent convaincre par une qualité de fabrication nettement supérieure à celle des véhicules livrés finis depuis les États-Unis. «Montage Suisse» devint un label de qualité.

Mais vers la fin des années soixante, l’industrie automobile américaine retomba dans le gigantisme en termes de cylindrée et de puissance. De plus, la suppression du taux de change fixe dollar/franc suisse entraîna une dévaluation du dollar. Aussi, l’intérêt pour les Valiant et Dart devenues à nouveau plus grandes baissa-t-il constamment. En même temps, AMAG, avec l’achat d’Auto Union AG par Volkswagen, disposait tout à coup, avec l’Audi 90 ou l’Audi 100, d’une nouvelle offre à plus faible consommation dans les classes moyenne et supérieure. La demande pour des véhicules assemblés en Suisse recula progressivement. La gestion d’Automontage ne pouvait plus être rentable. Alors que l’activité d’assemblage à Schinznach avait débuté avec une Plymouth, elle prit fin il y a 50 ans, après 29 227 exemplaires produits.

Les installations de montage du site de Schinznach furent ensuite démolies. 
Aujourd’hui, après plusieurs transformations, les halles d’assemblage abritent un immense atelier avec tôlerie, carrosserie-peinture et entrepôt de pièces détachées. Aujourd’hui, après plus de 70 ans, Schinznach-Bad est toujours un site de garages important et, depuis 2021, il accueille en outre AMAG Classic.

Die AMAG Classic

Une équipe composée de spécialistes est aux petits soins pour les véhicules classiques de toutes les marques du groupe AMAG. Qu’il s’agisse d’une Coccinelle VW, d’une Golf VW, d’un Bulli VW, d’une Audi quattro, d’une Škoda Favorit, d’une SEAT Ibiza ou d’une Américaine de l’époque d’Automontage Schinznach. Les spécialistes d’AMAG Classic, qui possèdent de nombreuses connaissances en matière de véhicules anciens, s’occupent également volontiers des voitures classiques et d’époque de toutes les marques. 

Voici ce que propose AMAG Classic:

  • Service et réparations de modèles classiques de toutes les marques «AMAG» (y compris tous les véhicules montés chez AMAG à Schinznach-Bad entre 1949 et 1972)

  • Restaurations (y compris travaux de carrosserie et de peinture dans l’entreprise) 

  • Recherche de pièces de rechange

  • Manifestations

  • Location de voitures d’époque

  • Achat et vente de voitures classiques et d’époque 

En outre, AMAG Schinznach-Bad reste un partenaire fiable des marques VW, VW Véhicules utilitaires etŠkoda ainsi qu’un partenaire de service pour Audi.

AMAG Group SA s’engage aux côtés de Synhelion

Le groupe AMAG a défini une stratégie climatique claire et a pour objectif de fonctionner de manière climatiquement neutre d’ici 2025. Un fonds consacré au climat et à l’innovation soutient désormais les initiatives et les start-ups qui contribuent à la décarbonisation. Aujourd’hui marque le premier engagement d’AMAG Group SA qui s’associe à Synhelion, une société dérivée de l’EPFZ.

Pour les voitures de tourisme, l’avenir est résolument électrique. Tout le monde est d’accord avec ce fait. Aujourd’hui, presque tous les grands constructeurs automobiles misent sur les véhicules électriques à batterie pour réduire les émissions de CO2. De nombreux nouveaux modèles feront leur entrée sur le marché dans les années à venir. Cette année, AMAG Import SA et des partenaires commerciaux autorisés lancent huit nouveaux BEV et sept nouveaux PHEV. L’entreprise vise une part de marché de 50% dans les véhicules rechargeables d’ici 2025 et de plus de 70% d’ici 2030.

Toutefois, il existe d’autres modes de transport et un nombre non négligeable de voitures dont les émissions de CO2 peuvent être également réduites. Sans oublier les quelques 200 000 véhicules anciens que leurs propriétaires souhaitent continuer d’utiliser.


Pour ces véhicules, une solution serait d’avoir recours à des carburants synthétiques produits à partir de CO2 en utilisant des énergies renouvelables.

Le soleil pour la production de combustibles solaires

La start-up suisse Synhelion, société dérivée de l’EPFZ, a développé une solution intéressante exploitant la chaleur solaire à la place de l’électricité solaire. Des «combustibles solaires» sont fabriqués à partir de la chaleur solaire, qui active un réacteur thermochimique. Dans le réacteur, le dioxyde de carbone et l’eau sont convertis en gaz de synthèse, puis transformés en carburants liquides, tels que de l’essence ou du diesel solaire. Les régions ensoleillées présentent des conditions idéales pour fabriquer des carburant solaires, notamment les déserts et les régions semi-arides où le rayonnement solaire est puissant. La chaleur solaire produite pendant le jour peut être accumulée à l’aide d’accumulateurs thermiques peu coûteux pour ensuite pouvoir fabriquer des carburants 24 heures sur 24. Cette possibilité d’accumulation rend les systèmes de carburant solaires autonomes et indépendants des réseaux, ce qui permet de les déployer rapidement et à grande échelle. Les coûts de production de carburant peuvent être considérablement réduits grâce à des économies d’échelle correspondantes.

Actuellement, les carburants solaires et le e-carburants ne sont pas commercialisés.

Sise à Lugano, Synhelion SA développe des technologies solaires modernes visant à réduire les émissions de CO2 partout dans le monde. L’entreprise a été fondée en 2016 afin de commercialiser des carburants solaires. Une première installation pilote a été mise en service en 2019 sur le toit de l’EPFZ. Une autre installation de taille industrielle sera construite en 2022 et opérationnelle en 2023.

Premier investissement issu du nouveau fonds AMAG consacré au climat et à l’innovation

Le groupe AMAG a à présent posé ses jalons et présenté sa stratégie climatique: réduire, éliminer et, si nécessaire, compenser. AMAG entend ainsi atteindre la neutralité carbone d’ici 2025. En outre, AMAG a pour ambition d’atteindre une empreinte écologique neutre, conformément à l’objectif de zéro émission nette, d’ici 2040. Dès maintenant, un fonds consacré au climat et à l’innovation soutient désormais les initiatives et les start-ups qui contribuent à la décarbonisation.

Un premier investissement a été réalisé chez Synhelion. AMAG Group SA et Synhelion SA se sont mis d’accord.

Helmut Ruhl, CEO d’AMAG: «Même si l’avenir de l’automobile sera majoritairement électrique, il est primordial de trouver des solutions climatiquement neutres pour les véhicules déjà existants. Nous le devons également à notre patrimoine, les véhicules classiques. La start-up suisse Synhelion a trouvé un moyen intéressant de fabriquer des carburants à partir de l’énergie solaire, qui peuvent ensuite être utilisés dans les moteurs à combustion classiques. S’il est possible de produire ces carburants en grandes quantités à des prix abordables, cela pourrait être une solution pour plusieurs modes de transport. Nous misons sur les technologies, l’innovation et l’entrepreneuriat pour contribuer à l’atteinte des objectifs climatiques en Suisse.»

Gianluca Ambrosetti, CEO et cofondateur de Synhelion: «Nos carburants solaires pourront remplacer les carburants fossiles et contribuer significativement à la décarbonisation du trafic. Pour réduire rapidement les émissions de CO2 liées au trafic automobile, il convient d’adopter différentes approches. Nos technologies sont des solutions à la fois économiques, efficaces et rapidement évolutives, en particulier pour les véhicules existants et le secteur des trajets longue distance. Avec AMAG, nous sommes heureux d’avoir à nos côtés un nouveau puissant partenaire pour atteindre nos objectifs de mobilité neutre en CO2.

Plus de sujets